Formation par le chant, coaching

 

Photo de Jean-François Lixon

Respirations

Combien d’étapes dans ta respiration perçois-tu, toi qui me lis ? Je te laisse le soin de respirer un peu et d’observer avant de lire la suite…

Respirer, ce sont quatre mouvements qui s’enchainent :

  1. « J’inspire » me nourrit, l’extérieur entre dans mon intérieur…
  2. Un temps d’arrêt pour profiter, nourrir les cellules de ce plein d’oxygène-énergie, sas nécessaire pour que la mécanique intérieure puisse inverser l’action…

3. « J’expire » relâche à l’extérieur le dioxyde de carbone…

4.Un temps d’arrêt pour profiter de ce vide, sas nécessaire pour que la mécanique intérieure puisse inverser l’action…

Prends un temps, toi qui me lis, pour observer ta respiration… Vis ces mouvements en conscience ; fais un peu plus durer ton inspiration, ton expiration et ces temps d’arrêt pour constater par toi-même, que garder trop longtemps donne envie de libérer ou de te nourrir.

Les temps d’arrêt appellent ces mouvements que sont l’inspiration et l’expiration et vice versa.

Chaque fois que tu verras ceci (…), prends un temps pour prendre une longue respiration et (laisser) respirer ce que tu viens de lire. Cela permet de digérer les mots au-delà du mental qui cherche à comprendre.

 (…)

Prends ce temps d’observation tout en observant comme la vie en toi bouge pendant que toi-même, tu cesses ton agitation…

(…)

Ainsi, respirer alterne action et inaction, extérieur et intérieur, yin et yang, le faire et le lâcher prise.

(…)

Respirer, c’est faire le plein puis faire le vide ; prendre et redonner ; absorber et diffuser. Inspirer ne peut se concevoir sans expirer.

(…)

Respirer, c’est insuffler l’air qui, par sa pression, va faire vibrer les cordes vocales et permettre les sons que sont les mots.  Respirer entre 2 mots ou 2 phrases, c’est le silence qui va mettre en lumière ou donner tout le poids à ce qui vient d’être dit à voix haute.

(…)

Respirer, c’est oxygéner, dé-tendre le lieu des tensions physiques, émotionnelles, mentales, spirituelles. Les temps d’arrêt soutiennent la santé du corps, facilitent les mouvements intérieurs, insufflent le jamais vu-entendu aux idées, libèrent de la place pour accueillir.

(…)

Respirer c’est le temps d’« action juste » nécessaire, suivi d’un temps d’« inaction juste » nécessaire entre 2 cycles de vie, à la fin d’un projet, dans un entre-deux dynamique. Dans ton emploi du temps, respirer t’offre un temps de dé-compression.

(…)

Laisser respirer un projet, c’est lui laisser le temps de grandir, de prendre sa place concrète entre deux moments de construction-élaboration ; c’est se laisser le temps d’un regard en globalité, sortir du détail pour apercevoir ce qui s’en dégage ; reprendre son souffle pour permettre une nouvelle étape animé(e) par la force nécessaire à l’action.

(…)

« Laisser respirer une autre personne », c’est lui accorder son espace.

(…)

Observer sa respiration, c’est voir ses pensées aller et venir, ses émotions circuler, ses énergies se diffuser. Un temps de respiration-vide dans ses pensées, c’est ne pas aller jusqu’au « pétage des plombs » résultant de surcharges électriques ou de court-circuit neuronaux.

(…)

Dans un mode de fonctionnement qui « presse » comme une consommation effrénée, un emploi du temps (sur)chargé, un moteur de réactions telles que la peur ou la colère par exemple, les temps de respirations offrent la possibilité d’inverser la tendance habituelle. C’est parvenir à s’envisager autrement en mettant en position off les habitudes, la routine de pensées et de comportements devenus inadéquats. On dit que 21 jours sont nécessaires pour installer une nouvelle habitude. Ce temps d’arrêt-Sas peut faciliter les changements.

(…)

L’expiration de la nature (des arbres et des océans etc.) sert-donne la matière pour l’inspiration de l’homme et vice versa. Oui, mais là, il y a un problème : la Nature manque d’air… et nous en manquons tous… La preuve : lorsque l’activité de l’homme s’arrête, on observe la Nature (végétaux et animaux) et la Terre qui respirent à nouveau !

Une erreur a été commise car rien n’est censé arrêter le mouvement. L’homme commet l’erreur de tout absorber et garder. Nous avons des problèmes de respiration ? Quel mouvement s’est enrayé car non respecté ? Quand l’homme cesse son activité, la nature respire : ne pouvons-nous pas respirer en même temps ?

(…)

Ce temps de respirations donné par le confinement peut devenir un temps d’arrêt propice pour se poser et tout repenser pour soi et pour son environnement : son relationnel avec les autres, avec le travail et l’argent (qui a été créé pour faciliter les échanges et non pas pour stagner…), son rapport au corps, son rapport à la Nature ;  se rappeler que la vie est mouvement, circulation… pour respirer la vie autrement.

(…)

Respirer, c’est vivre… respirer en profondeur c’est avoir accès à la profondeur en soi… Respirer autrement, c’est commencer de vivre autrement, en respect avec son intérieur et, par effet secondaire, avec son extérieur.

(…)

Respirer en conscience, c’est se relier à soi ; être attentif aux temps de respiration de la Nature, d’un autre, c’est se relier à la Terre et à l’autre.

(…)

Comment donner et recevoir ? Comment respecter son yin et son yang ?

(…)

Comment vivre ensemble ? Comment respirer ensemble ?

(…)

Texte Patricia Verneret

Formatrice, coach, conférencière

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.