Formation par le chant, coaching

 

 

Je bouge… tout bouge !

« Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous. »

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » Gandhi

Qui ne connait pas au moins une de ces phrases ?

Et si ce n’était pas « juste » un concept ou un conseil « spirituel » ? Et si c’était très concret ? Peut-être né d’une observation fine du monde et des relations humaines…

En coaching, nous nommons ce phénomène l’effet systémique.

Qu’est ce que c’est ? Le monde est vu comme un système où tout (et tous) est en relation et interagit, dans des dynamiques différentes selon les vécus-histoires des uns ou des autres. Si une personne bouge-change quelque chose dans son fonctionnement et/ou comportement, par effet systémique, l’autre bougera aussi…

D’autres  explications ?  Imageons plutôt avec quelques exemples dans le domaine personnel et professionnel, sans rentrer trop précisément dans le détail du déroulement des séances de coaching pour cause de confidentialité. Les objectifs ont des effets secondaires multiples et souvent sans liens apparents… en surface. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un objectif professionnel ait des conséquences sur le personnel et vice –versa. Et oui… la systémie !

Le personnel

Monsieur X a un relationnel plutôt tendu avec ses enfants. Ce sont des ados ! Ah la crise de l’adolescence… Bref, chaque jour ressemble à un combat de coq. Son cheminement intérieur le mène à une prise de conscience personnelle sur sa tension intérieure : il réagit au quart de tour ! Il change d’attitude sur «  ce qu’écouter vraiment » signifie. Un soir, en rentrant chez lui, son ado fait sa crise quotidienne habituelle. Sauf qu’au lieu de réagir et de s’énerver, Monsieur X décide d’écouter ce qu’il a à lui dire. La colère de celui-ci ne trouve pas d’éléments pour s’alimenter. Aucune réaction, ou plutôt une action inhabituelle : son père l’écoute profondément, sans jugement ni conseils, ni menaces. Voilà qui perturbe et change les choses… Sa crise se termine dans un grand éclat de rire et un : « tu as raison, ce n’est pas si grave ! » sans que son père n’ait prononcé un seul mot… Un nouveau dialogue vient de s’instaurer dans la maisonnée. 😉 

Madame Y n’a pas très confiance en l’autre d’une façon générale. Aussi, son comportement est plutôt suspicieux : mieux vaut rester sur ses gardes, on finit toujours par être trahi ! C’est fatiguant pour tout le monde : elle, son compagnon, ses enfants. Et si cette histoire n’était pas la sienne ? Le passé n’est pas le sujet du coaching, sauf lorsqu’il empêche le présent de s’accomplir.  Sans questionner le pourquoi, c’est le comment qui s’invite. Une prise de conscience lui permet de s’apercevoir d’une jalousie qui n’est pas la sienne : elle appartient à sa mère. Les souvenirs lui reviennent de scènes auxquelles elles n’auraient pas dû assister : c’étaient des histoires d’adultes. Cette mise en lumière a pour effet un début de lâcher prise, un stress qui diminue : l’atmosphère à la maison s’en ressent ! La parole et ses confidences se libèrent. Une nouvelle dynamique relationnelle est en train de naître…

Le professionnel en individuel

Madame T est en pleine mutation. Elle a un projet depuis longtemps mais ne parvient pas à le concrétiser. Avant de commencer sa mission de coaching, selon elle, tout l’environnement n’était que résistance, comme si personne ne croyait en elle et son projet. Au fur et à mesure des séances, elle prend conscience de ses forces, de ses acquis. Elle accepte ce qu’elle prend pour des faiblesses. Elle les intègre et ne rentre plus dans une culpabilité énergivore. Plus le temps passe, plus les rencontres semblent intéressées par ses idées innovantes, certaines même lui apporteront ses premières commandes. Les regards sur elle changent en positif et lui donnent d’autres forces…

Le professionnel en entreprise

Monsieur Z a fait appel à un coach de vie pour ses salariés. Il fixe des objectifs personnalisés, et, dans le même temps, il aspire à  plus d’autonomie, de dialogue dans son entreprise : la performance oui, mais avec le sourire et l’envie de venir travailler !  Indépendamment des missions de coaching fixées pour chacun, le relationnel bouge. Untel trouve sa légitimité en tant que manager. Une autre prend de plus en plus de plaisir à travailler en collaboration. Tel autre s’organise différemment et n’hésite plus à faire remonter les infos dérangeantes. La communication entre tous devient plus fluide : certes, des tensions existent toujours, mais elles ne durent plus aussi longtemps qu’avant. Les rapports sont plus francs. Le dirigeant est ravi… et, dans le même temps, perturbé dans son positionnement. Donner plus d’autonomie et de responsabilités à ses salariés l’oblige à lâcher prise à certains endroits : chacun sa façon de faire ! Cela lui donne une impression de « perte de pouvoir » d’un côté, tout en s’émerveillant d’assister à une créativité nouvelle. Son management doit évoluer : il se fait accompagner dans ce changement…

Est-ce magique ? Évidemment non. On sélectionne ce qu’on veut voir ou entendre inconsciemment. Changez de regard sur une personne ou une situation et tout prendra une couleur différente. Les réactions bougeront et les solutions changeront. On ne vit que ce que l’on peut envisager. Ouvrez-vous à d’autres façons d’être et le champ des possibles s’ouvrira.

Attention cependant de bien réfléchir en amont. Et cela fait partie du « boulot » du coach de vie que de s’assurer que la personne accompagnée est prête à assumer les conséquences sur elle-même… et sur les autres, car des résistances se mettront automatiquement en route et des temps de mouvements perturbateurs seront de la partie.

C’est pour cela qu’un accompagnement au/du changement doit se faire dans le respect du temps-vitesse du coaché.

 

Texte écrit pour la FCV  Patricia Verneret

Coach et formatrice par le chant

Vos commentaires sont les bienvenus !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.