Formation par le chant, coaching

Se réinventer

 

Penser… ressasser…

Les pensées bien ancrées, c’est-à-dire de multiples fois ressassées, ne s’en vont pas à coups de baguettes magiques ! Heureusement, arrive un moment où quelque chose en soi dit : ce n’est plus possible ! Il doit bien y avoir une autre façon de vivre et de voir cela ! Cela débute ainsi… Alors on cherche, on part à la pêche de nouvelles idées…

 

Changer d’idées

Par expérience, j’ai compris que lutter contre une pensée bien installée ne mène à rien car elle n’est que concept. Lutter contre, revient à se battre dans du vide, du virtuel. En lui donnant toute notre attention, on lui donne une place qu’elle n’avait pas au départ. Bref, ne lui accordons pas trop d’espace !

Par contre, rien n’empêche d’aller chercher des nouvelles idées qui entreront en concurrence (je vous invite à chercher la différence entre pensée et idée).  Plus on fait le choix conscient de ces idées nouvelles en posant des actes en cohérence avec elles, même sans y croire, moins l’idée d’un soi qui ne nous convient plus aura d’attrait… une pensée racine disparaitra d’elle-même. Cela demande du temps et des choix réitérés encore et encore. Un exemple ? « Je m’imagine sereinement » n’est pas compatible avec vouloir convaincre à tout prix : quelle attitude serait la plus à même de m’approcher de cette sérénité tant souhaitée ?

Une façon efficace de changer sera de l’expérimenter, de la vivre : 1 fois, 2 fois, 10 fois… 50 fois !

Inspiration créative

Quand j’étais danseuse, une idée (sous forme d’image ou d’envie) arrivait venue d’on ne sait où, inspirée par une musique ou une émotion ressentie en l’écoutant. Alors, je laissais bouger mon corps en miroir avec cette idée, de façon un peu désordonnée au départ jusqu’à ce que le mouvement devienne fluide, se confirme, de déséquilibre en équilibre jusqu’à former une chorégraphie. Parfois le mouvement était impossible à réaliser. Je le transformais pour qu’il devienne réalisable et soit à la portée des capacités présentes. Je ne renonçais pas à l’idée, je trouvais le moyen de la rendre possible en l’adaptant.

Quand j’étais chanteuse, la musique entendue me donnait envie de chanter de telle ou telle façon, avec telle ou telle note. Je la mettais alors en voix, c’est-à-dire que je la concrétisais jusqu’à devenir un air puis une chanson.

Quand j’écris, les idées viennent des « limbes » parfois sans liens apparents entre elles. Je les note jusqu’à ce que des phrases cohérentes émergent ; cela devient un texte (nous sommes alors dans le concret) que je retouche pour plus de clarté jusqu’à sa publication.

Un masseur vide sa tête, touche le corps et se laisse guider par ses mains qui reconnaissent des zones tendues ou figées. Alors, son expérience dénoue les tensions pour le bien être qui devient concret.

Un paysagiste inspiré va écouter la nature et des formes ou des couleurs vont se présenter… qui petit à petit deviendront un paysage.

Dans tous ces cas de figure, pas de question parasite de savoir si c’est bien ou pas, si l’on peut ou pas. L’imagination n’est pas bridée par des opinions-jugements-croyances. Les ailes de l’inspiration guident et donnent l’énergie de parcourir un chemin inconnu sans jugement, juste à l’écoute du sentiment, qui va à son tour provoquer une émotion. C’est le secret qui fait que tout devient inspiré et créatif.

Dans l’étape suivante, le mental intervient pour diffuser, structurer, présenter, communiquer. Mais pendant le processus créatif, rien de tout cela : chaque étape a son temps. Le raisonnement va chercher dans sa mémoire ou la mémoire du monde, le meilleur moyen, le meilleur environnement, les occasions pour soutenir ce processus.

Comment se ré-inventer dans le quotidien ?

Cela débute par une envie ou une idée de faire autrement, une lassitude de sa routine et un besoin de nouveau. L’important alors est de ne pas juger ce qui vient par des « cela ne se fait pas », ou des « que va-t-on penser de moi » et des « c’est trop bizarre ».

Laissez l’idée s’imprimer comme lorsque l’image apparait quand on développait les photos manuellement (le liquide s’appelle le « révélateur » ! ) ; soyez curieux-ouvert de nouvelles expériences. Suivez volontiers le mouvement intérieur qui dit : « accepte ce qui est… laisse partir ce qui a été… fais confiance en ce qui sera ! ».

Bon voyage ! 🙂 

Patricia VERNERET

                                                               Coach et Formatrice par le chant

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.