Le mental, ce grand scénariste…

Il est excellent pour extrapoler, inventer, projeter, imaginer, avec cependant un grand défaut : une tendance à voir le pire… et le pire ! 😈 

Il est même super fort pour les scénarios catastrophes… qu’en pensez-vous ? 😀 

D’un côté, ne lui en voulons pas : son job est de nous protéger et de nous permettre de nous préparer au cas où…

Une autre tendance : il coupe des scènes et fait un montage, disons le, plutôt avec un parti pris délibéré… en même temps, c’est tout l’art du montage n’est-ce pas ? Comme dans un film policier qui vous donne à penser que celui-ci est le coupable jusqu’au dernier moment, avec un retournement de situation qui surprend le spectateur. Un autre réalisateur ou scénariste aurait peut-être pris une autre décision et abouti à un dénouement différent… S’il coupe cette scène de rencontre, le personnage principal prendra-t-il les mêmes décisions ? S’il montre ce personnage sous une lumière chaude ou froide, le spectateur l’aimera-t-il de la même façon ?

Il a aussi ses humeurs : si votre scénariste a une tendance à la déprime, imaginez les scénarios qu’il vous présentera. S’il a une tendance à la rumination, quelles scènes va-t-il mettre en valeur ? S’il n’aime pas l’acteur qui joue le second rôle, va-t-il lui concocter une scène qui le rendra sympathique ?

Un film « chorale » vous permet de voir les mêmes scènes de vie de différents angles de vue… et on a alors une meilleure compréhension des réactions de chacun !

Le mental est plutôt un scénariste qui fait voir les choses d’un seul angle de vue : du côté de l’acteur qui a peur- souffert- été blessé. Ou bien il va donner l’impression d’un endroit fermé et oppressant sans jamais montrer le décor qui se trouve juste derrière.

N’oublions pas qu’il accorde un seul rôle principal : que se passe-t-il quand le rôle principal devient un rôle secondaire dans un autre film-univers-monde ?

Il y a aussi les moments où il invente l’histoire sans fin : les scènes du passé qu’il rejoue en boucle faisant croire que le vécu est toujours d’actualité !  Un vécu en noir et blanc et qui ne parvient pas à se colorer dans le présent. Comme ces vieux films qu’on aime revoir : la différence est que l’on a conscience que c’est de la fiction, alors c’est agréable… mais qui voudrait vivre dans ces films et les conditions d’alors ?

La bonne nouvelle, c’est que le scénariste peut s’améliorer et s’entrainer en écrivant des scénarios présentant des fins ou des ambiances différentes.

La 2ème grande nouvelle, c’est que chacun peut se rappeler qu’il est un spectateur qui peut cesser de regarder le film, un acteur qui peut suggérer une retouche au scénario, ou encore mieux : qu’il est lui-même le scénariste… Et si l’on était les trois à la fois ?

N’oublions pas l’avertissement avant même que le film ne commence : attention, la majorité voire la totalité des histoires que vous allez voir sont de la pure fiction !

Bref, il est important de se rappeler :

  • que l’on peut écouter-voir ses pensées et choisir, en conscience, celles que l’on décidera de suivre, croire ou écouter 😀 
  • que chaque jour est une page blanche 💡 

 

Patricia Verneret

Coach de vie, formatrice, conférencière

 

 

close

Ne manquez aucun article !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Categories:

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez aucun article !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

%d blogueurs aiment cette page :