La sensibilité… une force ou un handicap ?

Et bien tout dépend de là où tu en es dans ton cheminement intérieur, toi qui me lis…

Pendant longtemps, on a confondu sensibilité et sensiblerie, on a pensé que la seule force était la force physique et que la sensibilité était synonyme de fragilité… qui était d’ailleurs l’exclusivité des femmes à l’époque où on confondait encore le féminin et le masculin avec l’identité de genre. Heureusement que nous avons évolué sur le sujet ! 😉 Là, je l’avoue, je suis légèrement sarcastique… mais on est sur le chemin !

Du latin sentire : capable de recevoir des impressions.

La sensibilité est la qualité qui permet un relationnel empreint d’Humanité et de douceur.

Elle est la capacité à saisir l’autre au-delà de ses apparences et de le.la respecter.

Elle est le canal qui permet l’empathie, la solidarité, l’esprit de groupe et de coopération.

Elle permet la compréhension au-delà des mots et la tolérance à des modes de fonctionnement différents des siens.

Elle est le langage que prend parfois l’intuition et qui permet de « sentir » sans raisonner : elle est un chemin de relation à l’autre, totalement indépendant des pensées et des idées reçues.

Elle n’est pas émotion même si elle la fait naitre parfois pour se faire entendre.

Sans elle, pas de liant, pas de passerelle, pas de communication avec soi et avec les autres.

Elle prend des formes différentes mais le fond reste inchangé, tout dépend de comment on l’a pratiquée.

Toi qui me lis, peut-être es-tu sensible à la musique, ou à la nature, ou aux animaux, ou à l’atmosphère qui se dégage d’un lieu ou d’une relation avec une ou plusieurs personnes (etc.)? Voilà qui te donne une foule d’informations, qui te permet des échanges-d’interagir avec le vivant qui t’entoure, qui te permet de te situer et de comprendre même sans accords.

Voilà une grande force !

Quand devient-elle un handicap ?

Quand tu ne te connais pas suffisamment.

Quand tu nies tes besoins et tes envies.

Quand l’existence d’un.e autre prend le pas sur la tienne par manque de conscience de Soi.

Quand ta sensibilité vient justifier ton rôle de sauveur ou de bourreau ou de victime.

Quand tu mélanges ce que tu sens avec tes ressentis qui n’appartiennent qu’à toi sans clarté d’esprit. Quand tu projettes sur l’autre tes émotions ou que les émotions de l’autre entrent en toi par trop de porosité. Quand tu méconnais tes limites et ton espace intérieur.

Quand tu nies ta force intérieure, quand tu refuses de vivre ton chemin, quand tu t’oublies…

Car dans ces cas cités, tu mélanges tout : ce qui t’appartient réellement et ce qui appartient à l’autre. Et alors tu plonges dans un amas gluant voulant à tout prix arranger ce qui ne dépend pas de toi, gardant difficilement la tête hors de tes eaux émotionnelles.

Seule une identité aux contours nets te permet de faire de ta sensibilité une force et une qualité précieuse pour bien vivre avec.

Ne confonds pas le rôle que tu joues avec qui tu es : un être vivant en évolution constante grâce aux interactions avec l’environnement, qui sait écouter en profondeur ses besoins, ce qui l’anime pour pouvoir choisir ce qui lui convient le mieux… et transformer ce qui ne lui correspond pas.

Une personne pleinement consciente d’elle-même peut alors vivre sa sensibilité sereinement et trouvera toujours l’énergie pour aider les autres si tel est son désir sans jamais s’oublier.

Si tu l’as toujours étouffé, la vivre pleinement te mènera à un passage délicat : tu peux te sentir dé-muni.e le temps d’oser interagir différemment de tes précédentes habitudes.

La sensibilité se pratique, s’expérimente : c’est comme apprendre à marcher… il y aura des chutes avant de parvenir à l’équilibre ! La vivre et avoir le sentiment de la « perdre » permet de parvenir à la différencier de ses copies qui ne sont qu’illusions trompeuses… elle donne des couleurs et des nuances au monde que tu vois.

Et ne pense pas que ta sensibilité t’empêchera de te positionner par rapport à la violence que tu crains de rencontrer. Tu as d’autres ressources en Toi pour cela. Ta sensibilité te permettra de le faire sans juger ni tenter de prendre à ton tour le pouvoir sur l’autre. Histoire de sortir des luttes de pouvoir pour entrer dans la conscience de ton propre pouvoir… je peux !

Et cela tombe bien à ce moment de l’histoire de l’humanité : malgré les opposés qui hurlent pour donner l’illusion de monter en puissance, de plus en plus de personnes se rappellent qu’elles ont le choix et semblent prendre une autre voie inédite…  que ce soit par lassitude, ras le bol de souffrir-étouffer ou énergie vitale puissante. La survie et sa loi du plus fort n’est plus le seul chemin.

Si tu accordes ta confiance à ta sensibilité, peut-être t’aidera-t-elle à te réinventer et à ouvrir tes possibles ?

Nous sommes tous des êtres sensibles ! Reste à s’autoriser à l’être…

Patricia Verneret

Coach de vie, formatrice, auteure

close

Ne manquez aucun article !

Aucune obligation de s'abonner et nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Categories:

Vos commentaires sont les bienvenus ! Je ne sais pas pourquoi ils n'apparaissent pas sur le site en ce moment, mais je fais tout pour régler le problème !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez aucun article !

Aucune obligation de s'abonner et nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

%d blogueurs aiment cette page :