Il était une fois, le royaume des presque parfaits…

 C’était un monde tellement brillant que cela aveuglait tous ses habitants… Ils avaient beaucoup de difficultés à distinguer les contours des objets ou des autres personnes. Résultat, ils prenaient beaucoup de distance les uns avec les autres pour éviter de se percuter. D’un certain angle de vue, on avait l’impression d’un ballet incessant entre les passants et de distances énormes à parcourir chaque jour ! C’était d’ailleurs difficile de se connaitre vraiment quand on a des difficultés à distinguer les contours physiques…

C’était un monde où régnait une grande pression sous des apparences de bonne humeur : tout un chacun cherchait à être plus ceci, plus cela. Dès qu’un objectif était atteint, un autre se dessinait sans repos possible. Il faut dire que tous les habitants avaient un but ultime commun : parvenir dans le royaume d’après, un monde de perfection, car leurs légendes leur promettaient qu’ils trouveraient la paix et le bonheur infini… mais pour cela, ils devaient encore s’améliorer. C’était un monde réservé aux meilleurs d’entre eux.

Un phénomène curieux se passait : plus ils s’amélioraient, plus leur espace vital se rétractait ! Comme s’ils avaient de moins en moins d’espace dans leurs habitations, leur adaptation au monde qui les entourait, devenait compliquée. Cela impactait toutes leur relations… heureusement, qu’ils avaient ce but bien précis d’atteindre le royaume d’après ! Cela leur donnait la motivation d’essayer encore et encore.

Ils pensaient que leur planète avait la forme d’une pyramide : plus ils s’élevaient et plus ils atteignaient le haut de la pyramide : ce qui expliquait, selon leurs scientifiques, l’étroitesse de leur environnement…

Ils faisaient erreur : ils vivaient dans un monde sphérique mais n’occupaient que l’extrême bord de ce monde… c’est pour cela que tout était étroit : les distances à parcourir n’offraient pas beaucoup de choix… leur terrain de jeu n’était pas très vaste.

Au milieu de leur quête de bonheur apparent, régnait un phénomène mystérieux : certains habitants disparaissaient très régulièrement, puis réapparaissaient quelques mois plus tard sans se rappeler quoique ce soit de leurs absences. Certains avaient pointé du doigt que cela arrivait quand ils éprouvaient de grandes difficultés à supporter cette façon de vivre : ils étouffaient dans l’étroitesse de leurs espaces et de vie sans autorisation à se vivre différemment.

Ce dont ils ne se doutaient pas, c’est qu’ils passaient en fait dans un autre monde : un monde tellement noirci par le brouillard, que tous ses habitants devenaient aveugles. Par un saut quantique, ils atterrissaient dans le royaume des minables : un endroit fait de plaintes et de désespoirs. Ses habitants n’avaient aucune conscience de leur valeur, de leur potentiel : ils n’étaient jamais assez ceci ou cela… Il leur manquait toujours quelque chose pour avoir l’énergie d’avancer : ils se débattaient dans cet endroit assez froid car sans feu intérieur pour allumer leurs en-vies…

Et vous ne devinerez jamais ! Leur monde était également un monde sphérique et ils n’occupaient que l’extrême bord, la périphérie. Parfois une lueur d’espoir parvenait au cœur de l’un d’eux et lui donnait l’envie de s’améliorer. S’il avait la force de l’entretenir, il disparaissait de ce monde. Chacun pensait qu’il ou elle était parti.e pour un monde meilleur…

Dans les faits, il ou elle réapparaissait dans le royaume des presque parfaits…

Un jour, certains commencèrent à se souvenir : ils comprirent qu’ils faisaient sans cesse des allers-retours entre ces deux royaumes. Parfaits-minables-parfaits-minables ! Ils ne s’en satisfirent plus et commencèrent à réfléchir : peut-être y avait-il une autre alternative ? Peut-être devaient-ils réfléchir autrement, s’envisager autrement ? Ils en avaient assez d’étouffer, de vivre à l’étroit, d’être aveuglés par tant de pression !

Cela prit du temps… il y eut des tentatives, des erreurs, des réussites.

Et curieusement, plus ils tentaient des nouvelles choses dans leurs imperfections autrefois si décriées, plus leur vue gagnait en clarté, ils prenaient forme, voire même, ils en riaient ! Ils apprirent à lâcher prise, à faire de leurs erreurs des occasions et des ressources… ce faisant, ils apprirent à se connaitre au-delà de leurs apparences : les phénomènes de brillance et de brouillard qui les aveuglaient disparurent…

Ceux d’entre eux qui osèrent s’accepter dans un chemin d’évolution sans plus ni moins, disparurent définitivement des deux royaumes.

Leur nouveau monde était immense et tellement au-delà de ce qu’ils pouvaient imaginer ! Un terrain de jeu incroyable à explorer, des tas de choix à tenter ! Un espace infini à découvrir…

Certains d’entre eux tentèrent de retrouver leurs anciens royaumes pour aider leurs camarades… ils découvrirent alors que tous vivaient dans le même monde… aujourd’hui, ils occupaient ce monde du milieu entièrement et non plus seulement son extrême bord et cela changeait tout ! La vie et les relations gagnaient en couleurs, en nuances, en plaisir de vivre en toute simplicité. Ils avaient retrouvé la vue…

Vivaient-ils dans ce royaume tant espéré où la paix et le bonheur infini régnaient ?

Qu’en penses-tu, toi qui me lis ?

Patricia Verneret

Coach de vie, formatrice, auteur

close

Ne manquez aucun article !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Categories:

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne manquez aucun article !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

%d blogueurs aiment cette page :