Formation par le chant, coaching

 

Quand les générations se sourient

Rien de tel qu’une véritable histoire pour imager la magie des rencontres… Alors je vais un peu parler d’une grande amie partie il y a peu de temps : Paulette. Voilà déjà un prénom d’un autre temps que le mien.

Paulette, c’est une force insoupçonnée : 101 ans… Vous rendez-vous compte 101 ans ! Même elle ne pensait pas aller si loin…

Paulette, c’est une petite personne d’environ 1m50.  La petite taille de Paulette : c’était une plaisanterie entre nous !

Paulette ce sont  les barricades en 1936 !  Comment un petit bout de femme d’environ 1 mètre 50 a-t-elle pu« monter » sur les barricades ?

Paulette, c’est une révoltée … et ensuite une silencieuse dans une vie plus « traditionnelle ».

Paulette et moi, c’est 2 mondes qui se rencontrent : celui d’une femme née au début du siècle dernier qui rencontre le mien empreint de liberté. Celui d’une femme qui communique peu sur sa vie, ses émotions, ses chagrins, avec le mien qui communique beaucoup car aucun sujet n’est tabou. Celui d’une sorte d’éducation qui pousse à la discrétion et celui d’une vie vouée à l’ouverture, grâce aux générations précédentes qui se sont battues pour le permettre.

Du coup, ce sont de grandes discussions passionnées et passionnantes, qui nous animent et où le monde se refait, où tous les sujets sont abordés … même la sexualité!

Paulette,  c’est l’ouverture d’esprit à mes histoires de femme d’aujourd’hui, qui la rendait joyeusement témoin de l’évolution du monde. Et c’est moi qui reste silencieuse quand, au détour d’une conversation, elle a des phrases d’une grande sagesse et d’une grande lucidité à mon sujet… là, je n’avais plus rien à ajouter tellement elle tombait juste. C’est la sagesse et le regard très fin et affuté dus à la traversée d’un siècle et à son observation bienveillante…  Car Paulette se garde bien de juger quiconque ! Elle n’est pas forcément en accord, mais chaque point de vue la pousse à la réflexion. Je fais de même…

Et elle m’aime bien : alors mes choix de vie perturbants (pour elle) en deviennent plus acceptables-envisageables. Je m’adoucis devant un caractère si différent du mien. Voilà qui fait bouger les frontières de nos pensées et de nos croyances mutuelles ! Nous déstabilisons nos mondes respectifs pour notre plus grand bien.

Au fil du temps, Paulette raconte de plus en plus sa vie avec ses chagrins et ses joies, et j’ai de plus en plus le privilège d’entendre des histoires d’un autre temps rendu vivant l’espace de quelques heures.

Paulette et moi, ce sont des musées visités et des restaurants pour se fêter: on paye chacune son tour … c’est équitable, c’est important, c’est l’éducation qui veut ça…

Paulette, c’est une femme qui n’a pas vu la vie passer et qui s’est regardée certainement pour la 1ère fois depuis longtemps dans la glace à l’âge de 80 ans et s’est exclamée : mais… je suis vieille !

Paulette, ce sont des petites phrases comme : «  j’entends de moins en moins… en même temps il y a plein de choses que je n’ai plus trop envie d’écouter » ou « Je marche de moins en moins… mais j’ai plus trop envie de sortir, ça tombe bien » (même si elle a monté ses 4 étages jusqu’à l’âge de 98 ans) ou « Je n’ai pas le droit de me plaindre à mon âge » et moi qui répondais en riant : si plaignez vous, râlez ! Alors, nous râlions ensemble joyeusement…

Paulette, c’est la mémoire du présent qui s’effiloche avec des questions qui reviennent : pas grave, cela nous oblige à être dans le présent.

Paulette, c’est une grande conscience et une lucidité : j’ai le privilège d’assister à la revisite de son cheminement, de sa vie avec ses réussites et ses regrets… et elle s’apaise. « Chacun fait comme il peut avec ce qu’il a : son époque, sa société, son éducation, ses émotions. L’important c’est de faire de son mieux… »

Paulette, c’est de l’amour qui s’exprime: jusqu’à ses derniers moments, elle souhaite aux autres tout le bonheur du monde.

Paulette, ce sont des questions incroyables sur la fin de son chemin : comment fait-on pour mourir car j’avais plutôt pensé partir d’un coup ?  Mourir, c’est lâcher prise, c’est faire la paix avec toutes ses émotions qui ont été enfouies, c’est apaiser des culpabilités et le passé, c’est souhaiter la vie et le bonheur aux autres. C’est être accompagnée dans ce chemin et apprendre du même coup aux autres à accompagner. C’est accepter ce corps qui s’affaiblit… puis, accepter de le quitter.

Paulette, ce sont des déclarations d’amour que nous nous sommes fait l’une à l’autre avant son départ.

Merci à la vie d’avoir permis cette rencontre et cette histoire d’amour amical que nous avons eu la chance de parcourir pendant 21 ans.

Merci à Paulette de me donner l’occasion ici et maintenant de mettre en lumière un espace où peut se réunir ce qui parait séparé-lointain.

Qu’est-ce que c’est enrichissant quand des chemins commencés à différentes époques, à différents endroits, à différents moments de l’évolution de l’humanité, se croisent, s’autorisent à échanger, à se compléter. La « jeunesse » bouscule les codes, la « vieillesse » pose et témoigne ; cette culture sublime ceci, cette éducation sublime cela. Des « mondes » se rencontrent et prennent le temps de se regarder, de s’écouter sans peurs ni jugements : il est vrai que la peur ne trouve pas de quoi s’alimenter quand il n’existe pas de comparaisons et donc de jugement !

La liste d’opportunités peut être longue si l’on prend le chemin de s’assoir un temps côte à côte, si l’on écoute chacun son tour l’autre qui se raconte, si l’on prend plaisir à tester le nouveau, le jamais gouté, le jamais vu, le jamais entendu, le jamais pensé !

Si l’on regarde l’autre dans la profondeur de son regard jusqu’à toucher son humanité.

C’est agréable de se sourire dans nos différences… Non ? Là où le mental sépare, le sourire relie…

 

Texte                  Patricia VERNERET

                                                               Coach et Formatrice par le chant

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.