Formation par le chant, coaching

 

Quand le manager rencontre le coaching de vie

 Le coaching dit « professionnel » n’est pas une nouveauté pour les entreprises, il « occupe une  place »  depuis de nombreuses années. La majorité des consultants, des coachs d’entreprise,  des coachs de dirigeants, des conseillers, sont issus eux-mêmes du milieu de l’entreprise.

Certaines personnes se posent des questions : quelle est la légitimité d’un coach de vie dont le parcours a été « ailleurs », pour proposer ses services aux entreprises ? Quelle différence, quelle plus-value, le coaching de vie peut-il apporter ? Comment faire entendre qu’un accompagnement humaniste n’est pas incompatible avec production et performance ?

 

Déjà, en se rappelant un élément fondamental qui paraitra peut-être simpliste : le manager, le chef d’entreprise, le salarié sont avant tout des êtres humains. Derrière le poste, derrière une compétence ou un savoir, il y a une personne avec des émotions, des doutes, des voies empruntées sans issue dans un monde qui évolue et qui fait évoluer. Une entreprise est constituée d’êtres humains qui interagissent plus ou moins facilement.

 

Questions-réponses sous forme de témoignages

Vous ne venez pas du monde de l’entreprise… Comment pensez-vous pouvoir me coacher pour mon problème professionnel ?

Être issu  de l’entreprise pose le risque de faire des parallèles avec son passé et de franchir la frontière du consultant ou du conseiller. Ne faire aucune interprétation ni lien avec un élément connu permet une écoute de l’instant présent du client sans se préoccuper de savoir si cela se fait ou pas : cela tombe bien puisque la personne accompagnée a toutes les réponses en elle !

« Je me souviens être restée de marbre face à la tentative de mon client d’instaurer une dynamique de « pression », comme celle qui lui était habituelle. D’habitude, il impressionnait ! Mon manque de réaction a provoqué dans un premier temps de la colère. Puis, comme cela ne fonctionnait pas et qu’il se sentait malgré tout entendu, les apparences et les masques qui l’accompagnent, ont pu tomber. Un nouveau chemin, qui lui convenait mieux, avec des nouveaux « comment » ont pu voir le jour. Ma posture a été facile à tenir étant donné mon parcours sans relations hiérarchiques… Je ne me suis pas laissée intimider ! Pendant les 3 premières séances, il menaçait d’arrêter… et reprenait rendez-vous. A la fin de la mission, il m’a complimentée sur mon écoute « profonde ». Cela l’avait touché et aidé à aller là où il avait peur de se rendre…»

« Mon client a été déstabilisé par mes questions. J’ai souvent entendu : « vous m’embêtez avec vos questions ! » Elles lui étaient inhabituelles et lui paraissaient parfois hors sujet. Ce qui l’a engagé dans des réflexions « audacieuses » pour lui, car elles semblaient le mener vers des lieux inexplorés ou inexplorables ! Cette ouverture lui a permis de trouver une solution inédite. »

 

Vos outils, je les connais déjà… On me les a enseignés dans mes formations en management !

Parfois, les clients connaissent certains outils qui leur sont proposés. Ils ont suivi beaucoup de formation où ils ont appris à utiliser certains outils pour leurs équipes. Pour eux, les outils sont des moyens pour plus de performance : ils imaginent où cela va les mener. Chemin faisant, ils restent alors dans leurs questionnements habituels puisqu’ils « connaissent déjà » le lieu d’arrivée.

« C’est incroyable ! Je n’aurais jamais imaginé que cet outil me mènerait là ! Et pourtant, maintenant, je vois bien que c’est évident. Vos questions sont étonnantes !

J’ai entendu cette réflexion plus d’une fois de la part de mes clients, et il est vrai aussi que je ne sais pas non plus où cela va les mener ! Je suis attentive à « comment ils le vivent ». Leurs réactions ou leurs silences et leurs expressions corporelles sont porteurs de sens et d’occasions de démêler leur situation. »

 

C’est quoi cette question, comment je me sens ? Je vais bien ! Quel rapport avec mon objectif ?

Le milieu de l’entreprise demande des compétences, de la réactivité, de trouver des solutions, de réfléchir non stop ! Interroger une personne sur ses ressentis parait de prime abord inapproprié et pourtant…

« Pourquoi vous me demandez sans arrêt comment je me sens ? Je vais bien ! Ce à quoi je réponds: je ne vous ai pas demandé comment vous allez, mais comment vous vous sentez…

 

C’est une réaction typique de début de mission avec des clients dont le mode mental est suralimenté. En répondant à cette question, difficilement au départ, puis de plus en plus facilement, les clients se posent et, surtout, rétablissent le contact avec eux-mêmes. Ils ramènent du « corps » à leurs pensées et ils s’autorisent enfin à ressentir des émotions ! Petit à petit, elles ne sont plus un problème et, de ce fait, ils gèrent de mieux en mieux leurs difficultés relationnelles… Un plus pour quelqu’un qui a une équipe sous ses ordres ! Mieux vivre ses émotions permet de mieux accepter celles des autres.»

 

J’ai déjà un consultant dans mon entreprise. Je ne saisis pas bien ce que je viens faire ici, mais je ne m’en sors pas… Alors j’essaye !

Cela tombe bien, le coach de vie n’est pas un consultant et le consultant n’est pas un coach… Il est très intéressant de voir les deux se compléter.

« Ma cliente, chef d’entreprise, a détendu des résistances intérieures. Ce faisant, cela a renversé son relationnel, plus en confiance et moins pyramidal. Au fur et à mesure de ses changements intérieurs, les mesures prises dans son entreprise, décidées avec son consultant, devenaient aussi plus faciles à mettre en place. Sa posture et sa légitimité s’en sont trouvées renforcées. Elle a pris plaisir à déléguer de plus en plus ! C’est le principe de la systémie : un élément bouge et tout le monde bouge ! Le dialogue avec tous s’en est trouvé plus ouvert. Cela lui a permis de passer des moments difficiles plus « simplement ». Les changements dans son entreprise, portés par cette dynamique, ont aussi renforcé cette nouvelle confiance dans ces changements intérieurs. Un cercle vertueux s’est mis en place ! Je n’ai pas rencontré le consultant, mais les deux dynamiques différentes se sont auto-accordées. Être  accompagnée par un coach de vie lui a permis des détours plus personnels, avec des conséquences directes sur sa vie professionnelle. La liberté de champ d’action du coaching de vie l’a aidé. 

Aujourd’hui, elle souhaite que je coache des personnes dans son entreprise. Ayant vécu elle-même les bienfaits de cet accompagnement tout en suivant les conseils de son consultant, elle souhaite plus de communication au sein de ses équipes et plus de responsabilités pour ses employés. Le coaching de vie lui a semblé totalement évident… L’humanité qui s’en dégageait l’a apaisée. »

 

Depuis quelques temps, il y a une envie croissante de manager différemment, de travailler ensemble différemment. Un accompagnement humaniste coaching de vie a toute sa place dans cette nouvelle aventure humaine. N’en doutez pas…

Texte écrit pour la FCV              Patricia VERNERET

                                               Coach et Formatrice par le chant

2 réponses à Quand le manager rencontre le coaching de vie

Vos commentaires sont les bienvenus !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.