Formation par le chant, coaching

 

Ne pas déranger

Qui aime être dérangé ?

Rien de plus exaspérant que d’être occupé par quelque chose de très important qui ne souffre d’aucun délai, et de voir une autre personne mobiliser un temps précieux pour des broutilles.

Rien de plus pénible que d’être tranquillement installé(e) dans une souffrance, que d’être « obligé(e) » de faire semblant face à la sollicitude de ses amis.

Rien de plus irritant que d’avoir un planning bien organisé et de voir un évènement bouleverser le timing.

Rien de plus irrespectueux que d’être en face d’une personne très bavarde alors qu’on est un taiseux, et vice-versa.

 

En listant ces quelques exemples dans lesquels on peut inter changer les adjectifs, on peut s’apercevoir qu’il n’y a qu’une seule chose qui dérange : les « choses » ne se déroulent pas comme on les avait prévues. Elles sont bouleversées par l’imprévisible, bousculées par les autres.

Je vais vous raconter une petite histoire.

Alors que je m’autorisais à ne pas être dans l’action-échappatoire après un deuil, ou devrais-je dire, après plusieurs deuils (d’êtres et de situations), j’ai adopté, à mon corps défendant, une petite chatte que j’ai appelée Tia.

A mon corps défendant, car je n’en avais pas envie, je ne me sentais pas prête : prête à m’occuper d’un autre être, prête à aimer un autre être, prête à rouvrir mon cœur. Ma sœur m’a un peu poussée…

Là où je ne rêvais que de calme et de silence, elle a foutu un sacré bordel. Très vive, très joueuse, très demandeuse de câlins, elle a été un ouragan dans ma maison si calme et pleine de chagrins. Alors je jouais, mais le cœur n’y était pas. Je la câlinais tout en m’excusant auprès d’elle de ne pas pouvoir faire plus. Quand elle a eu 6 mois, elle est décédée.

Là on pourrait dire : quel malheur ! Encore un décès… Il y a vraiment des séries ! Sauf que, je la remercie infiniment pour ces 3 mois à bousculer mon quotidien. Elle a remis de la vie, du mouvement dans ma maison silencieuse et bien rangée. Et en dépit de son départ, la vie est restée, a continué de vibrer en moi et a repris ses droits. Et merci à ma sœur, qui ne s’est pas laissée impressionner par mon « non, je n’en veux pas ».

Et si je laissais des broutilles déranger mon importance pour remettre à sa juste place chaque élément : un travail n’est qu’un travail… Où est l’essentiel ?

Et si j’accueillais ces efforts amicaux maladroits (car on les voit venir !) pour me sortir de ma peine et insuffler de la futilité légère ? Où est l’essentiel ?

Et si j’acceptais l’imprévisible qui bouleverse mon emploi du temps comme un ami chargé de stopper mon activité frénétique ? Où est l’essentiel ?

Et si j’acceptais ce bavardage ou ce silence et y entrais, à ma façon, reconnaissant(e) de pouvoir m’exprimer plus ouvertement ou de me poser ? Où est l’essentiel ?

Chaque fois que des habitudes prennent toute la place, on diminue à l’intérieur de soi. On se sclérose à poser chaque jour les même actes : si on mange chaque jour la même chose, combien de temps avant de se lasser ?

 Le vivant de la vie cesse de s’écouler joyeusement et la joie s’étiole : on fait… parce qu’on doit… parce qu’il faut.

Accueillir le fait d’être dérangé(e), ne signifie pas renoncer à ce qu’on a  projeté de faire.

Cela signifie s’accorder une parenthèse, une bouffée d’oxygène avec un air qui n’a pas déjà été respiré. Laisser la vie nous surprendre et surtout profiter de l’essentiel : profiter de sa vie.

Vous rendez-vous compte de cette expression : gagner sa vie ???

La vie est en nous, elle n’a pas à être gagnée. Nous en sommes le réceptacle. Nous avons juste à en prendre soin. Et,  parfois, « être dérangé(e) » est le seul moyen qu’elle a, de nous rappeler qu’elle n’est pas statique, de nous ramener à elle.

Prenez soin de vous… Prenez soin de la vie en vous…

 

Patricia VERNERET

                                               Coach et Formatrice par le chant

 

 

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.