Formation par le chant, coaching

Le monde de Morin

 -« Entrez ! »

Ouh là.. le brigadier Morin fait une drôle de tête là…

-« Je vous écoute ? »

Le brigadier Morin se fait attendre… Les mots semblent difficiles à sortir… Et en même temps on dirait qu’il se marre !!!

-« Je ne sais pas trop par où commencer !

– Vous devriez commencer par le commencement…

– Il y a environ 1 mois, un type a débarqué dans la gendarmerie en gueulant qu’on lui en voulait personnellement et qu’il voulait qu’on arrête ses harceleurs.

Après ¼ d’heure de discussion, je finis par comprendre que chaque matin en sortant de chez lui, il a trouvé 1 mégot de cigarette, puis une dizaine, puis une cinquantaine de mégots sur son paillasson.

– ???

– Attendez la suite … Chaque fois il a trouvé une petite pancarte avec écrit dessus « Je ne suis pas une poubelle ! » Signé La Terre

– Des ados ?

– Pour l’instant, nous n’en savons rien, mais ce n’est pas tout. Un jour il nous a appelés car il ne pouvait plus sortir de chez lui. Un énorme tas de mégots bloquait son entrée. Il n’était pas très content d’apprendre que c’était à lui de nettoyer devant sa porte, notre boulot étant d’enregistrer sa plainte. »           

Le sourire est plus difficile à contenir…

– « Nous sommes allés faire un tour sur place, histoire de voir si les « coupables » trainaient dans le coin… que des voisins charmants et d’un certain âge, dont un certain surnommé Papy Claude. Il nous a raconté le comportement de l’individu sans respect pour la nature et les espaces verts de leur immeuble. Que malgré les lettres envoyées pour qu’il change de comportement (il jette ses mégots partout dans la résidence), rien n’y a fait. Bref, aucun des résidents n’allait nous aider à trouver les coupables.

Une semaine après, en faisant un tour dans le quartier, nous avons constaté un attroupement bruyant. En nous approchant, nous avons entendu le plaignant hurler sa colère pendant que toutes les personnes présentes s’éclaffaient. Sa voiture était pleine jusqu’au toit de mégots ! Avec une jolie pancarte collée sur le pare-brise : « Je ne suis pas une poubelle ! » Signé La Terre

– Des soupçons ?

– Toujours pas. Le plaignant s’est empêché de dormir pour tenter de les surprendre, mais rien n’y a fait. Je me demande s’ils ne sont pas plutôt nombreux étant donné le nombre de mégots et la rapidité avec laquelle ils ont rempli la voiture : à peine une heure après qu’il soit rentré du boulot…

– Où ça en est ?

– Et bien tout s’est calmé : les réseaux sociaux s’en sont mêlés… il ne pouvait pas faire 2 pas dans la rue s’en être interpelé « la pourriture aux mégots » ou « le destructeur de la Terre ». Les personnes dans la rue et à son travail le dévisageaient de façon peu amène et le haranguaient : « quel irrespect pour la terre !!! » A bout, Il a fini par ramasser les mégots, puis a cessé de les jeter n’importe où et son « harcèlement » a cessé.

– Pourquoi venir m’en parler alors ?

– Un collègue vient de recevoir une plainte similaire, sauf que cette fois-ci ce sont des seringues… Le même mot les accompagne : « Je ne suis pas une poubelle ! Signé La Terre »

– ??? Cette personne se drogue ?

– Non, nous pensons plutôt que c’est un nouveau dealer, car il n’est pas fiché… C’est sa voisine, qui nous a appelé : une dénommée « tatie Paulette »

– Continuez d’enquêter et tenez- moi au courant !

– Vous en pensez quoi ?

– Je ne sais pas trop pour l’instant… Il y a plusieurs affaires similaires dans des endroits éloignés de la ville : qui sont-ils ? Ils ont commencé petit et gentiment, mais jusqu’où iront-ils ? Et en plus, tout se passe sans violence, mais je me méfie quand même avec les réseaux sociaux. En tous les cas, Je serais ennuyé quand nous les arrêterons… Tout en sachant que ce que nous aurons contre eux sera un non respect de la propreté de la rue ! Incivilité, drogue… Quelle sera leur prochaine cible ? Je me le demande… »

Au moment de quitter le bureau de  son supérieur, le brigadier Morin aperçoit un petit sourire en coin.

Il quitte son travail puis suit une route qui le mène hors de la ville, jusqu’à un lieu-dit pas très loin. Là dans ce coin un peu perdu, au fond d’une impasse, il pénètre dans une petite propriété au jardin luxuriant et très bien entretenu.

Claude l’attendait pour entrer dans la maison. C’est lui qui a convaincu les autres que Morin pouvait être de leur côté.

– « Alors tu lui as parlé ?

– Oui, ça y est, mais il est encore trop tôt. Pour l’instant ce dont je suis sûr, c’est qu’il a de la sympathie pour nous » sourit Morin. 

Papy Claude et le brigadier Morin pénètrent dans le grand sous sol fourmillant de monde : tous les âges (tiens, bonjour tatie Paulette !) et  classes sociales se rencontrent. Des étudiants, des petits-enfants et leurs grands-parents, un paysagiste (drôlement pratique quand il s’est agit de confondre un jardinier sans respect), un propriétaire de bar (eh oui les mégots…), un brigadier et peut-être bientôt le supérieur de Morin ? Tout ce petit monde discute joyeusement de leur prochaine cible : un homme violent qui terrorise toute sa famille. Et il a un permis de port d’arme.  Bientôt personne  n’ignorera qui il est…

Mais là, leur action monte d’un cran : c’est pour cela qu’ils ont approché le brigadier Morin, qui n’a pas mis très longtemps à rejoindre leur groupe. C’est pour cela aussi qu’ils ont besoin d’appuis plus « professionnels » et qu’avoir un plus haut gradé dans leur équipe est important.

En même temps ils ont confiance, ils sont de plus en plus nombreux à rejoindre le mouvement qui commence à faire des émules dans d’autres villes.

Dans un coin, des ados gèrent les réseaux sociaux. Dans un autre coin les petits enfants (5-10 ans) peignent des nouvelles pancartes, et ils innovent avec les couleurs !

 « Je ne suis pas une poubelle ! » Signé la Terre

 Ce sont eux qui ont trouvé le slogan ! Ce sont eux qui ont interpellé les adultes : nous ne voulons pas vivre dans un monde comme cela ! Qu’allez-vous faire ?

 Et un nouveau slogan voit le jour : « Ce que vous semez, nous le récolterons » Signé la Nouvelle Humanité

Texte    Patricia Verneret

Extrait du livre « Les apprentis-sages »

Vos commentaires sont les bienvenus !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.