Formation par le chant, coaching

Être légitime

Inutile d’expliquer comment se sentir légitime… ce n’est pas une affaire de raisonnements. Si c’était le cas, une explication suffirait à bouger les cases. C’est même le mental qui fausse tout ce qui est inné. A sa décharge, les fautives, ce sont plutôt les données qu’on lui a fourni par l’éducation, les histoires cachées et non réglées de nos ancêtres transmises en silence, nos traumatismes anciens et non par-donnés, la société avec son formatage etc.

Non, être légitime est une affaire de revenir à-en soi, s’écouter à nouveau et exprimer ce qui vient jusqu’à sa conscience… Tout débute en soi. La reconnaissance par une institution ou une personne ne signifie rien, ne nous atteint pas tant qu’il n’y a pas de reconnaissance intérieure.

Tant que nous ne procédons pas à une introspection de ce qui gêne nos qualités-potentiels, suivie d’un apaisement vis-à-vis de soi et d’une réconciliation intérieure, nous pouvons entendre tous les compliments du monde, avoir des opportunités de se vivre « plus grands »… et passer à côté en les minimisant, en les réfutant, en faisant preuve d’une fausse humilité, en ne les voyant même pas puisqu’elles ne rentrent pas dans le cadre de notre façon de penser ! Nous passons à côté de la bienveillance, des regards accueillants. Nous allons les distordre, les transformer comme un miroir déformant. Le sentiment d’illégitimité va fausser la vision du monde autour de nous.

Tiens, au fait, étymologiquement, « légitimer » c’est « reconnaitre pour authentique ».

Je vous propose de jouer avec les mots pour apporter du grain au moulin de nos visions.

Réconciliation : action de faire concorder ensemble différentes parties qui semblaient en opposition.

Ré- conciliation : tout a déjà été concilié, c’est un retour à la source, aux liens intérieurs déjà présents mais perdus de vue depuis un certain temps… Tout est déjà là, reste à s’en apercevoir ! Et créer des passerelles, des liens pour que tout puisse circuler librement…

Reconnaitre… Re-connaitre… tout sert pour nous rappeler qui nous sommes. Se connaitre à nouveau, comme se découvrir, dans le sens d’enlever la cagoule et les gros pulls pour voir qui se trouve dessous.

Re-co-naitre : le miroir dans les yeux de l’autre et les émotions qu’il génère aide à se rappeler qui nous sommes ou ne sommes pas, dans le sens de s’identifier ou de voir dans le regard d’un autre, une facette de soi. C’est une co-naissance…

Re-co-naissance : nous renaissons ensemble à chaque instant…

Reconnaitre : comme un père ou une mère reconnait son enfant et ce faisant, clame au monde : il est mon fils, elle est ma fille ! Reconnaissez-vous et clamez au monde la personne que vous êtes…

Reconnaitre : quand on nous offre des fleurs par exemple. Ensuite, nous sommes capables de les identifier, de mettre un nom dessus, de les reconnaitre, parce que nous les avons déjà vues une fois… Cela commence donc par voir concrètement : voir ce qui est à l’intérieur de soi… le voir pas le juger, ni le décider, ni le comparer…  juste le voir, l’observer.

Il n’y a pas de place meilleure qu’une autre, mais chaque chose, chaque personne est utile là où elle est, telle qu’elle est.

Reconnaissez-vous, appropriez-vous votre place, votre posture. Se reconnaitre, c’est être officiellement-ouvertement celui-celle que nous avons toujours été et l’exprimer sans mots en le vivant simplement. C’est s’autoriser pas seulement à ses propres yeux, mais aussi s’assumer jusque dans le regard de l’autre qui approuve ou pas, qui soutient ou pas, qui accueille ou pas.

N’oublions pas : la reconnaissance ou la légitimité par rapport aux institutions (diplômes, postes professionnels, place dans une famille etc.) ne vient pas sur simple parole-annonce de notre part. Elle vient parce que nous incarnons-vivons tellement ce que nous racontons, ce que nous prônons, que cela ôte tout doute possible aux yeux du monde. Les autres se trouvent presque dans l’obligation devant tant d’évidences concrètes de nous reconnaitre tel(le) que nous sommes, devant la cohérence intérieure que rien ne vient parasiter, où l’apparence ne dit pas le contraire de la parole et vice-versa. Nous sommes vus tout naturellement sans même un argument pour tenter de convaincre.

Un élément intéressant : la 1ère définition datant de 1174 du mot convaincre est « amener quelqu’un à reconnaitre qu’il est coupable de quelque chose »…

Cessez de vouloir convaincre, soyez ! Cessez d’attendre après l’autre avant d’entamer ce voyage intérieur. Il est temps… bougez ! Commencez les 1ers pas tout seul : et vous verrez, d’autres se joindront à vous. C’est comme cela que la vie fonctionne. Pas l’inverse ! Celui qui attend que d’autres le rejoignent au début de son aventure, peut attendre longtemps. Car chaque aventurier a ses propres bagages à faire pour savoir ce qu’il veut emporter ou pas. Surtout quand il s’agit d’un chemin encore jamais parcouru, jamais vu, jamais vécu.

Re-connaissez-vous tel que vous êtes, ré-conciliez-vous avec qui vous êtes. Faites le en prenant soin de votre intérieur, en acceptant vos émotions, en suivant la direction que vos en-vies vous donnent, en prenant le temps d’interroger votre corps et en le respectant. Puis, lâchez-prise et laissez le monde avoir en-vie de vous accompagner.

Être légitime, c’est tout-que ça. Se sentir légitime, c’est le vivre au quotidien. Soyez juste authentique !

N’oubliez pas, lorsque nous respectons notre vivant intérieur, nous sommes en évolution constante : « qui nous sommes » évolue… Quelle heureuse nouvelle !

Patricia VERNERET

                                                               Coach et Formatrice par le chant

Vos commentaires sont les bienvenus !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.